MENSONGES

Bonjour ou bonsoir à vous selon l’heure à laquelle vous recevrez cette bombe.

Parce que oui, vous ne savez pas ce qheu’il m’en coûte de vous dévoiler cette partie sombre de moi même… Cependant ma consolation réside dans le fait d’aider la merveilleuse personne que vous êtes et que vous continuez à être.

Je parle d’un thème qui est la dépendance affective , avec pour premier sujet le mensonge.

Et non,non et non je ne viens pas vous dire que votre conjoint vous trompe, oui c’est son métier favoris, alors plus personne n’a besoin de vous faire un dessin là dessus.

Je parle de vous, de nous, de la faille universelle qui réside dans le fait de croire en son propre mensonge.

Eh oui, ce ne sont pas toujours les autres qui se contentent de nous tromper mais bien souvent nous même qui nous conformons à un mensonge doux et paisible.

Je parle de sentiments, d’émotions, d’affection et pour les plus sages d’amour… envers les autres mais d’abord envers soi même.

LES FAITS :

Vous voulez donner votre coeur à quelqu’un , oui vous voulez tomber amoureux, aimer l’être opposé tout simplement et c’est tout à votre honneur.

Avoir dans sa vie une personne que vous aimez et qui je souhaite,vous aime aussi est un des plaisirs les plus doux dans la vie.

Se sentir aimé, apprécié, épaulé, cajolé est encore plus doux que le virement bancaire du début du mois qui vous permettra d’acheter la chaussure tant rêvée…

Mais même avec de si belles intentions il arrive que les personnes que l’on rencontre ne soient pas très véridiques, et que cela nous plonge dans un trou sans fin sans savoir qu’en vérité le problème vient aussi de notre façon de voir les choses.

Le mensonge de l’autre est donc un trait révélateur à celui qu’on se fait de soi même.

Le problème ici ce n’est pas eux je vous le répète… le problème c’est vous à partir du moment où vous ne faites rien dans la situation floue dans laquelle vous êtes.

La question en ce moment là n’est pas de savoir pourquoi la personne vous ment, parce que cet algorithme là personne ne peut vraiment la résoudre et ce, même pas la présupposée menteuse…

La véritable question  à se poser est de SAVOIR POURQUOI VOUS RESTEZ APRES QU’ON VOUS AI MENTI.

C’est là qu’intervient enfin le fameux conjoint et sa place réelle dans notre existence, parce que oui quand on parle de rester de cette façon on parle bien de l’être avec qui vous partagez votre vie et non pas du simple voisin de palier avec qui vous n’avez aucune affinités.

 

LE RAISONNEMENT:

Je puis vous dire que du haut de ma vingtaine d’années, l’on a pu me servir les plus ingénieuses instrumentalisations, ainsi que par la même occasion les mensonges les plus nullement élaborés jamais vus dans le siècle précédent.

Vous savez, le genre de mensonges qui vous font vous demander si la personne en face de vous, vous considère un temps soit peu comme une personne dotée d’une cervelle.

Des trucs de dingues, des talents cachés, des imaginations débordantes mises en évidence pour ma personne, oh oui quel honneur!

Après plusieurs années à laisser les autres insulter ouvertement mon intelligence, je me suis enfin demandée pourquoi j’avais cette faiblesse de caractère.

Pourquoi j’étais prête à tout excuser, à ouvrir encore et encore ces mêmes bras qui avaient été bafoués.

Je souffrais, mon âme gémissait mais je ne voulais pas lâcher prise.

Idiotie ou générosité à tort ou à raison supportez moi car, aujourd’hui j’ai triomphé. (rires).

LE PROBLEME:

Vous savez dans la vie, bon nombre de problème que nous rencontrons étant adultes prennent naissance dans notre environnement familial.

L’enfance a ce chic de vous construire ou de vous briser et dans mon cas c’était bel et bien le deuxième cas qui s’est imposé.

Je suis une gentille fille (rires) et par conséquent j’ai toujours idéalisé mon monde comme étant rempli d’amour et de loyauté envers autrui et inversèment.

Cependant si vous êtes sur ce blog, c’est que vous convenez avec moi que le monde ne tourne pas comme cela.

Ainsi, j’ai eu à faire face à un énorme trouble affectif causé par l’absence de mon père.

Et naturellement j’ai passé la plus claire moitié de ma vie à me demander ce que j’avais mal fait.

Pourquoi il n’était pas là?

Pourquoi je ne pouvais pas pleurer dans ses genoux comme tous les enfants?

Pourquoi sa chaise était vide lorsque je mangeais à table?

Qu’est ce qui n’allait pas chez moi? n’étais-je pas une bonne fille?

Autant de question auxquelles il ne faut même pas donner de réponses car il n’en existe aucune.

Chaque personne fait ses choix dans la vie et parfois nous ne sommes que des malheureuses victimes du manque de clarté émotionnelle des autres.

En bref je me suis toujours sentie insuffisante et obligée de réparer une faute qui n’était même pas la mienne.

Et sortir avec un garçon, comme on le dit vulgairement était plus pour moi une expérience professionnelle que de l’amour.

Je tentais de gommer mon vide affectif en angélisant, si je puis le dire comme cela, l’autre personne… comme si elle avait toujours raison et moi tort.

Comme si je devais me vider et elle se remplir.

Comme si je devais mourir et elle vivre.

Tenter de retenir coûte que coûte cette personne qui vous fait du mal parce que vous pensez ne pas supporter la rupture.

Avoir peur qu’elle vous quitte parce que cela serait revivre le départ de votre père.

S’excuser à outrance pour paraitre parfaite, oh oui si je n’étais pas une bonne fille je saignerais mes quatre veines à devenir une femme parfaite car comme cela mon Homme ne me quitterai pas.

Un sacrifice? une consécration.

Mais en vérite?

UN :

MENSONGE , MENSONGE, MENSONGE!

L’INTROSPECTION:

J’étais en train de creuser ma propre tombe avec la pelle des blessures mal soignées.

Le temps ne panse pas les blessures, il les cache.

Le temps ne restaure pas les coeurs, il les fragilisent.

Il faut faire un travail,  il faut creuser encore et encore dans nos douleurs pour sortir de nos torpeurs.

La peur est le paralysant le plus efficace du coeur d’une femme ou d’un Homme.

Le travail ici est de sortir de ce que la situation vous fait penser de vous même.

Vous n’êtes pas insuffisants.

Vous méritez l’amour et la considération.

Si l’autre vous ment, et alors? il a le droit.

Mais vous mentir à vous même,vous n’en avez pas le droit.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer un menteur parce que vous avez peur de le perdre, car personne n’a peur de perdre un rat, au contraire on le chasse ou on l’empoisonne parce que oui, un rat ça sent mauvais et ça rend malade.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer la personne qui vous frappe, non vous n’êtes pas un tambour.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer la personne tout simplement.

A tort où à raison, quand on se sent rejeté, je peux vous assurer que l’on a tendance à aimer tout le monde et à penser aimer car on ne sait même pas ce que c’est que l’amour.

Vous avez le droit de vous sentir bien dans une relation même si c’est assez difficile à croire.

On doit prendre soin de vous.

On doit vous réveiller avec des mots doux, pas avec une gifle, vous dire je t’aime et non vous mentir, vous faire l’amour et non se vider les réserves.

Vous le méritez.

Vous ne le méritez pas parce que vous êtes parfaits, bien au contraire il faut deux personnes pour faire une paire, ainsi c’est l’autre qui vous complète.

Vous finirez plus musclés que l’incroyable HULK à force de retenir la personne par des efforts dont elle ne réalise même pas l’ampleur.

Vous avez droit au respect et la considération et ce, dans la vérité et non seulement dans les cadeaux faramineux.

Le véritable cadeau c’est la paix, d’être soi même en se respectant et non en se cachant de ses démons.

Prenez courage!

Lachez-prise parce que si vous ne le faite pas, la personne elle vous lâchera sûrement.

Votre instabilité émotionnelle, que vous essayez de cacher habilement se révèlera certainement un bon jour, par votre jalousie excessive ou vos crises de nerfs.

Je pense qu’il est plus judicieux de triompher avant de se lancer dans une aventure amoureuse car il ne s’agit pas seulement là de s’embrasser et coucher ensemble comme des bêtes.

Il s’agit d’un échange, d’une collaboration, d’une symbiose qui ne saurait fonctionner si l’un des coeurs est malade à en mourir.

 

Je parle d’une expérience émotionnelle qui vous aurait fragilisé, et les cas sont nombreux…

Mais que ce soit pour l’absence du père, la violence d’un mère ou la mort d’un conjoint le résultat est le même, il faut surmonter cette profonde douleur pour pouvoir vivre une vie épanouie.

Je souhaite de tout coeur que ce texte vous aide… Vous aide à comprendre et à cibler vos failles.

N’en ayez pas honte, c’est votre vie et vous êtes formidables de continuer à la vivre.

Retrouvez  votre indépendance émotionnelle.

Brillez comme vous êtes et réconciliez vous avez votre image.

Laissez ceux qui vous aime, vous aimer, et ceux qui ne vous aime pas vous quitter.

Ce n’est pas la fin du monde et ce n’est pas un échec si une personne que vous appréciez ne vous aime pas.

C’est son droit, pas la peine de vous dévaloriser.

Je vous invite à faire ce travail, savoir ce qui vous amène à vous auto-détruire ou à laisser les autres le faire alors que vous savez que vous êtes mal à l’aise dans la relation, et ce, qu’elle soit amoureuse, fraternelle ou familiale.

Parce que oui, être le souffre douleur des autres a bien le chic de se généraliser dans plusieurs domaines de la vie.

Votre quiétude en dépend et je sais que vous êtes capables de vous en sortir.

Vous êtes capables de refleurir.

Je le sais, je le crois !

Révèlez-vous enfin au grand jour!

 

Sachez que je vous aime d’un  amour restauré, je vous aime tellement que je n’ai pas encore touché à mon bol de flocons d’avoine parce que je tiens à vous écrire …et Dieu seul sait comment j’aime ça! (RIRES)

Le véritable délice est de vous parler, vous aider et si possible vous écouter.

Je reste attentive en cas de sollicitations.

AFFECTUEUSEMENT

VICTORIA PENIEL

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s