ADDICTION

Bonjour peuple rempli de force!

j’espère que vous allez bien, si ce n’est pas le cas vous devez savoir que les dents que le Seigneur nous a données ne sont pas seulement faites pour être brossées mais aussi pour être révélées.

Oui vous devez sourire, même si vous avez appris une mauvaise nouvelle sachez que la plus belle des nouvelles c’est d’être en vie.

Si vous êtes en vie c’est que votre problème va mourir, car vous êtes l’acteur de votre destinée et vous êtes DONC suffisamment forts pour relever le défi qui se lève devant vous.

Ne vous inquiétez pas, le sujet n’est pas seulement de savoir si tout le monde va bien mais je viens en ce jour vous parler de quelque chose de BON.

Cette chose Bonne c’est le SUCRE.

NON NON je ne viens pas vous rabâcher les oreilles avec le fait de faire du régime.

Chacun maigrira quand il le VOUDRA.

Je viens vous parler encore une fois d’une expérience qui va nous profiter à nous tous.

Hier j’ai consenti à manger un bon gâteau qu’une personne spéciale et merveilleuse m’a si gentiment apportée.

Je suis au régime mais pas vraiment… sinon pour ceux qui sont sceptiques à ce terme, je suis plus précisément en rééquilibrage alimentaire, donc comprenez que manger du gâteau n’est pas la meilleure décision qui se dessine pour moi.

Cependant je ne suis pas seulement là pour vous faire culpabiliser, il est permis de manger du sucre si le reste de notre alimentation n’a pas été conçu avec excès.

Si donc vous mangez équilibré vous pouvez vous permettre de manger un peu de sucre pour répondre aux besoins de votre corps et vous débarrasser d’une envie pressante et fatiguante.

Car si vous ne répondez pas à cette envie une fois pour toute celle ci reviendra comme une balançoire dans votre pensée.

Autorisez-vous un petit en-cas sucré s’il le faut, sans exagérer et avec un intervalle considérable de temps ,sans vous dédier dans cette belle tâche de toute votre force et de toute votre âme, et ensuite revenez à votre équilibre.

Vous serez contents et votre corps encore plus et vous pourez continuer en paix.

Bon revenons à nous, hier j’ai mangé du sucre et pas qu’un peu, oui je me suis tapée un BON framboisier bien crémeux, bien léger, bien fruité.

Et quand j’ai fini une part j’en ai pris une autre et une troisième..

J’aurai pu m’arrêter et culpabiliser mais j’ai compris qu’un très bon enseignement viendrait de là.

Vous devez comprendre que :

Plus vous mangez de sucre, plus votre corps en réclame.

Ce n’est pas du tout votre faute vous n’avez pas à culpabiliser et à vous sentir devenir un ogre.

On regarde parfois de façon hautaine les personnes en sur poids comme si elles l’avaient choisis.

Oui elles peuvent choisir de renverser la balance mais personne ne comprend que ces personnes sont elles mêmes victimes d’un principe qui est bien souvent passé sous silence.

Oui ces personnes sont comme nous car NOUS avons tous commencés par un jus gazeux, un gâteau, un bonbon

Si nous avons pu arrêter, gloire à Dieu mais ce n’est pas toujours évident d’arrêter car de jour en jour la demande devient de plus en plus vive.

Je ne suis pas en train de donner raison à une catégorie de personnes bien au contraire, mais je pars du principe qu’il faut savoir comprendre ce qui nous définit réellement.

Il est bien facile de mettre les gens dans une certaine boite sans leur demander ou chercher à comprendre ce qui ne va pas en eux.

Je ne mangeais pas beaucoup  de cochonneries parce que j’avais faim, non je mangeais beaucoup parce que les substances qui m’attiraient devenaient de la drogue pour moi.

Le sucre, le gaz, l’huile, le sel à outrance.

Au moment où je me suis mis à grossir beaucoup de personnes ont commencées à me pointer du doigt, subitement mon nom à l’état civil avait changé, je ne m’appelais plus Victoria mais la grosse, celle qui va exploser, celle qui a pris du poids parce qu’elle est partie à l’étranger.

A l’exception d’une SEULE personne que je ne citerais plus tellement elle fait partie de tous mes écrits et se reconnaît d’elle même, personne n’a été mon aide.

Cette personne m’a conseillée sur mes routines alimentaires et a continuée sans hypocrisie à voir la beauté que je suis, à croire en mes capacités de réadaptation, à me motiver au sein même de ma dépression.

J’ai été fortement surprise par cette attitude parce que dans cette société les gens vous voient beaux parce que vous êtes beaux… mais rares sont les personnes qui arrivent à vous trouver belles quand quelque chose ne va plus très bien en vous.

PAUSE :

De là où tu me lis, je ne peux pas citer ton nom car c’est ta vie privée, mais saches que je t’aime, toi que j’appelle affectivement ‘mon petit bébé’.

Je ne t’aime pas seulement parce que tu m’aimes, et encore moins parce que tu es parfait, je t’aime parce que tu es TOI, une personne précieuse, bourrée de bonté envers moi, d’une valeur inestimable dans ma vie…

Play :

Ainsi Tout le monde s’est transformé en miroir vocal, pour me parler de mon apparence, de ma forme, de mes joues et de mes bourrelets.

Je devenais le documentaire des personnes qui pensaient en savoir plus que moi en matière de minceur parce qu’elles étaient elles même minces.

Non mais quelle AUDACE!

OUI c’était de ma faute parce que c’est moi qui mangeais, mais dans la vie il ne suffit pas de faire des diagnostics à deux euros cinquante, il faut aussi savoir donner d’autres solutions après les constats désobligeants.

DONC un BON jour je me suis décidée à perdre du poids, pas pour contenter les autres car cela est une erreur à ne pas commettre, mais parce que j’avais réfléchis et que je ne me sentais pas très bien en me réveillant les matins.

Je n’ai pas décidé de perdre edu poids parce que je n’aimais pas ce que je voyais, j’ai décidé de perdre du poids pour ma santé car elle n’a pas de prix.

J’ai décidé de perdre du poids pour être plus productive.

J’ai décidé de perdre parce que je veux voir mes enfants grandir et jouer avec eux et je n’allais pas y arriver si je grossissai au point qu’il me soit impossible de courir.

J’ai décidé aussi que j’allais perdre en me faisant plaisir, en mangeant des chos BONNES comme je les aime, en faisant attentions aux mauvaises.

Et rien qu’avec ça j’ai perdu mon premier kilos en UNE semaine.

Chose que je n’avais jamais pu car je n’avais jamais pris de DECISION.

Vous voyez à quel point la décision peut tout changer, OUI? alors continuons.

J’ai décidé de changer ma vie parce que j’ai compris que ma vie m’appartient et que c’est ce que je DECIDE qui arrive.

J’ai décidé d’arrêter avec cette passivité naturelle que j’avais, de me lever et de faire les 6000 pas que je voulais faire en commençant par le premier pas qui consistait à sortir de mon lit.

Je ne viens jamais vous raconter des histoires ici car tout ce que j’écris je l’ai au préalable expérimenté.

Je sais ce que cela fait de vouloir et de ne pas penser que l’on peut.

Je sais ce que ça fait de revenir chez soi le soir et de ne pas pouvoir s’en dormir parce que l’on se sent coupable de ne pas avoir réalisé ce qu’il fallait faire et qui était cependant important.

Je sais comment naît le mépris de soi quand on pense que nos échecs nous définissent.

Mais vous savez quoi? il n’est pas trop tard.

Vous n’êtes pas mort donc c’est à vous de TUER ce qui vous TUE.

J’ai dit plus haut que plus vous mangez du sucre, plus votre corps en demande

Par là je voulais dire que plus on fait de mauvaises choses à son corps, à son coeur ou à son âme, plus nos vies en redemandent.

Mais ce que je voudrais ajouter c’est qu’on peut refaire le procéssus dans le sens inverse.

Il ne faut pas dire de vous même que vous êtes misérables

NON c’est ce avec quoi vous- vous ALIMENTEZ qui vous rend misérables.

Si vous acceptez dans vos vies des choses qui sont susceptibles de vous faire plonger, il est normal que vous plongiez jusqu’à vous noyer et même malheureusement mourir.

Mais ce que je veux vous faire comprendre c’est que vous POUVEZ  renverser la tendance.

Vous pouvez passer du MAUVAIS sucre au BON sucre car oui tous les sucres ne sont pas NEFASTES.

Le sucre ajouté au café tous les jours devient mauvais pour vous si vous en abusez.

Mais le sucre que vous procure des morceaux de bananes dans un bon bol de flocons d’avoine complètes est du bon sucre.

Ne vous faites pas de mal en pensant à toutes les tasses de cafés que vous avez ingurgitées

Pensez plutôt immédiatement à comment vous allez passer au bon sucre procuré par la banane.

Ne perdez pas votre temps avec ce qui est perdu, ce qui est votre réalité de maintenant…

Vous devez aussi considérer que les mauvais sucres sont MULTIPLES et dépendent d’une personne à une autre.

 

Votre mauvais sucre peu être la CIGARETTE, la DROGUE, le VIOL, la MASTURBATION, la PARESSE, la MAUVAISE ESTIME DE SOI, le MANQUE DE PARDON, la MAUVAISE ALIMENTATION, la SOURNOISERIE et j’en passe…

Mais il ne tient qu’a vous de renverser tout ce mauvais sucre en bon sucre.

Pour cela j’ai BESOIN DE VOUS.

J’ai eu besoin de moi même aujourd’hui quand, pour brûler les mauvaises calories d’hier je suis sortie me promener.

Oui j’aime beaucoup les balades parce que cela me permet de découvrir et de faire des efforts physiques.

Oui je marche beaucoup, et comme j’ai le chic de rater les trams, je cours pour les rattraper.

Et ce midi j’ai mangé sain, bon et complet.

En gros je et j’ai fais du bien à mon coeur, mon corps et mon esprit tout en amusant mes yeux, en découvrant des choses que je ne connais pas.

 RESULTAT :

je n’ai plus à culpabiliser pour mes écarts d’hier car je me suis dépensée et j’ai tout de suite repris avec une alimentation adéquate à mes objectifs.

Sachez aussi qu’une activité qui est BONNE pour nous n’est pas obligée d’être ennuyeuse car si elle l’est elle devient très vite un fardeau qui nous fait perdre courage.

Quand je dis que j’ai besoin de VOUS c’est en ce sens.

Vous seuls savez ce qui vous tracasse, et vous seuls devez trouver le bon mécanisme pour vous en sortir.

Je vous conseillerais si vous voulez, mais 90 % du travail devra venir de votre créativité.

Vous êtes des personnes ingénieuses, loin d’êtres limitées.

Si vous voulez arrêter de fumer par exemple, demandez vous ce qui vous pousse à le faire (anxiété, solitude par exemple) et trouvez des activités qui vous sortent de ce noir ( apprenez à relativiser, sortez marcher..)

C’est un exemple simple mais dans la vie c’est parfois la simplicité qui nous sauve.

Vous en êtes CAPABLES car celui qui verse le BON ou le MAUVAIS sucre dans la tasse de VOTRE VIE c’est VOUS.

Alors qu’attendez-vous?

Avant que je ne vous quitte n’oubliez pas qu’en toute chose vous ne pouvez RIEN faire sans l’aide de DIEU car cette vie que vous voulez améliorer c’est LUI qui vous la renouvelle depuis que vous êtes nées.

Ne soyez pas dans le déni.

Faites la paix avec lui il vous AIME.

IL veut votre Bien.

Si vous n’avez personne pour vous encourager, même pas dans votre entourage,

Lui le fera, et il le fait même quand vous ne l’entendez pas.

Le Seigneur vous aime tellement.

Il va vous aider dans votre remontée des enfers.

Sa parole sera toujours là pour vous aider.

Et les BONS ET VRAIS Hommes à qui il a fait grâce de le connaître vous aiderons par leurs conseils.

Je vous aime aussi , d’un amour rempli de respect et de fierté de ce que vous êtes une personne qui veut et va prendre les bonnes décisions.

PRENEZ BIEN SOIN DE VOUS.

VICTORIA PENIEL 

L’IMPERFECTION

Je suis nouvelle , dans un pays nouveau , j’ai des attitudes nouvelles , je pensais me reconstruire mais en fait non je me construis .

Si Dieu bénit vraiment les gens et rassurez vous il le fait, alors ma mère est richement bénie à l’heure qu’il est. Car me retrouver dans ce pays qu’il m’arrive de maudire tellement les problèmes me poursuivent , elle a fait grandir la femme mas surtout l’homme avec GRAND H que je suis.

Je sais et je le dis avec sourire que toutes les catastrophes auxquelles je fais face , ou même celles à qui je tourne le dos et qui me rattrapent inévitablement seront l’établissement même de ma destinée.

Franchement je dois avouer que j’accumule les plaintes , les  failles de responsabilités sous toutes les formes, je ne respecte pas souvent mes engagements , je fais les mauvais choix et croyez moi comprendre ma déprime m’a aussi permis de comprendre que vouloir faire et faire vraiment ce qu’on doit faire sont des choses en apparences liées mais diamétralement opposées.

J’ai appris à faillir , oui faillir car j’ai Dieu merci été élevée dans un univers parfait.

Cependant sachez que l’on peut être bercé par la perfection mais en devenir une est un sorte d’eau qui ne coule pas de source.

Il faut travailler dur pour être excellent , travailler dur pour être digne de confiance , travailler dur pour mémoriser ce qu’il faut et avancer , travailler dur pour entretenir une relation , travailler dur pour écrire ou présenter ses excuses , travailler dur pour être soi même.

Dans la vie nous ne sommes rien si nous ne travaillions pas pour nous mêmes.

Nos parents sont là ou même absents mais le fait de nous soutenir ou de nous abandonner bâtit  certainement qui nous sommes mais ce n’est absolument pas une fin en soi.

Ce soir , en écoutant pour la énième fois PERFECT de Ed Sheeran , pour une ambiance plus douce, je me rends compte que ce qui m’a été appris n’est pas mauvais , même si je l’ai parfois mal compris , je me rend compte avec amour et reconnaissance que l’entourage nous forme , en bien et en mal mais que ce n’est pas la fin.

Manifestement la continuité de toutes choses nous appartient. Ce que l’on veut devenir , comment l’on veut réagir , comment il faut avancer cela résultera toujours sans aucun doute de notre volonté.

Je me rend compte que aucun problème n’a qu’ UNE solution , et qu’ on ne règle pas toujours définitivement un problème.

Ainsi ce que nous sommes est un perpétuel mouvement. La seule chose à faire c’est de vouloir s’améliorer encore et encore.

Aucune Personnamité au monde n’est définitive , la seule fin c’est de se laisser mourir là où nous pensons être morts…

J’écris ces quelques lignes depuis un coeur meurtri de voir qu’il n’est plus si intègre.

Oui j’ai toujours été intègre mais j’ai aussi eu la force de me rendre compte que je l’ai été grâce à ceux qui m’ont montré cette voie.

Seulement les bons comportements des autres ne sont pas les vôtres parce que vous les imitez mais parce que votre coeur et votre corps sont en adéquation avec votre conscience.

Je me suis contenté d’exécuter ce qu’on m’avait défini comme noble et j’ai cru le devenir car je l’avais très bien imité.

Mais une fois arrivée hors de la portée de ceux qui m’ont gracieusement appris à bien me comporter ,ce que je suis ou que j’étais réellement a fait surface :

Une personne brute , lâche , colérique , sans volonté , bien tartinée à la confiture de la paresse et à la chapelure pourrie de regrets multiples.

Je me suis rendue compte que je n’étais qu’un animal, un étalon sauvage en quête d’une paix qui résiderait en moi si j’avais seulement le cran de la chercher réellement…

Cette image de moi m’a vraiment impactée, je me suis rendue compte que la personne dont parle mes amis est celle qu’ils déterminaient sans savoir que ce n’était pas encore réellement moi , le moi confirmé que j’essaye d’être.

Au regard de mon miroir personnel ici dans mon appartement , je me suis rendue compte ô à quel point j’étais hideuse , mais alors d’une laideur insoutenable.

Fuir les responsabilités , annuler ses engagements , trouver des raisons à toutes choses , mentir ou encore préférer dormir à outrance  pour ne penser à rien sont certes de la déprime mais aussi une révélation de ce que nous sommes réellement.

Non ce ne sont pas des attitudes en rapport avec la situation , car au contraire les situations servent à nous montrer telles que nous sommes vraiment.

J’ai fait plusieurs erreurs et je continue à en faire.

Certains moments comme ce soir je me sens particulièrement détestable , inutile ou encore mieux insociable parce que j’ai eu à poser dans la journée ou à sur une période dont j’ignore même la longueur , des actes qui reflètent sans aucun doute de la lâcheté, de la malhonnêteté , de l’orgueil , de l’ignorance , de l’incompréhension laissant ainsi place dans le coeur de mon entourage à de l’insécurité, à de l’oublie , à un manque de considération criard.

Ces adjectifs péjoratifs ou ces noms d’oiseaux que les gens peuvent m’attribuer je les mérite sans aucun doute , car oui parfois il vaut mieux se taire et réfléchir au fait que les autres ne sont pas que des menteurs et qu’ils savent déceler mieux que nous , nos mauvais côtés.

C’est bien moi , mais ce n’est pas un fin , je vous le rappelle , c’est vous et moi qui choisissons la fin de toutes choses.

Face à une situation que j’ai déjà totalement foiré , car oui j’en ai l’habitude , je peux encore agir.

Agir d’abord pour moi même mais aussi pour la personne si celle ci a encore envie de demeurer dans ma vie après mes terrible erreurs.

Je dois déjà me pardonner à moi même et accepter le fait que je ne suis pas parfaite , que ma valeur ne se détermine pas au nombre de fois que j’ai mal agis mais au nombre de fois où j’ai eu la force et le courage de faire face à mon attitude néfaste envers moi même puis envers les autres.

Comprendre que c’est MAINTENANT : donc à ce moment là que je dois prouver ma valeur , ne pas chercher à m’excuser mais à me prouver à moi même que je peux me donner les moyens de devenir cette personne de qualité que je veux être véritablement et durablement.

On ne devient pas gentil en un claquement de doigt , bien souvent nous sommes bel et bien méchant , les gens nous font des reproches , encore et encore , pour mon cas mes amis ont dû organiser des réunions bien humiliantes pour me faire comprendre ma mauvaise attitude.

J’ai mal compris mon épreuve et j’ai commencé à avoir une attitude gentille mais pas un coeur gentil , ce coeur que je vous livre aujourd’hui a dû se forger encore et encore et ce n’est même pas la fin! Simplement il devient gentil parce que je le forge aux prix d’injures et parfois d’humiliation car oui le reste du monde ne fait pas de cadeau lorsqu’il s’agit de pointer les défauts des autres.

Ecoutez nous ne sommes pas des personnes BIEN , nous le devenons. Les gens parfaits sont eux mêmes imparfaits de penser cela d’eux même.

Pour devenir comme pour mon ambition , une bonne personne il ne faut pas prendre le jugement péjoratif de nos proches comme une sentence.

De plus qu’ils comprennent le pourquoi du comment de nos attitudes il ne faut pas trop nous y attendre non plus.

Personne ne peut comprendre les motivations des autres, on peut faire semblant ou encore se tordre le coeur à devenir le symbole même de la bonté et de la compréhension mais ce que font les autres de négatifs nous parait toujours inconcevable de toutes les façons.

Ainsi demander aux autres de nous comprendre est pour moi une perte de temps.

La seule attitude que les autres attendent et respectent de nos vies c’est le CHANGEMENT ,et ce même si ils ne sont plus dans nos vies .

Même s’ils vont jusqu’à ne jamais nous apprécier leur conscience rendra ne serait ce qu’un instant  de leur vie , témoignage à leur coeur sur les bonnes intentions que nous avons vraiment envers eux même si nous avons eu une attitude des plus rocambolesques.

Et même si ils ne nous le disent jamais nous pourrons personnellement dormir la conscience tranquille en sachant que l’on s’est battu bec et ongles pour produire le travail qu’ils attendaient vraiment de nous , cette transformation qu’ils ont souhaité voir en nous durablement même jusqu’à l’exprimer durablement.

Une personne de qualité c’est aussi celle qui n’a pas besoin que les personnes qui lui ont jeté des pierres reviennent à ses pieds pour forger un édifice à sa gloire , non , une personne de qualité c’est celle qui sait reconnaître en elle même et personnellement , à l’abri du public que ces pierres lui ont permis de se construire ELLE , ainsi le bien qu’elle ressent surpasse toutes les gloires que les autres lui auraient attribués , OUI elle SAIT d’où elle VIENT et c’est cela le vrai BONHEUR.

Je REMERCIE vraiment le Seigneur de me soutenir car lui a toujours su que je n’étais pas parfaite même si j’ai cru pouvoir le lui faire gober à lui aussi, il a su générer les bonnes épreuves pour me montrer qui je suis et comment grandir.

Je vous encourage à regarder en vous et à accomplir les actes que votre potentiel vous convainc d’accomplir.

BATTEZ -VOUS ET VIVEZ !

PARDONNEZ ET AGISSEZ !

FAILLIR C’EST NAITRE.

JE VOUS AIME TENDREDREMENT

VICTORIA PENIEL

 

 

 

Famille

               Le mot famille peut très vite mener à penser à l’univers parental.

En écrivant ces lignes je me remémore moi même des moments passés avec mes parents, des souvenirs inestimables que je voudrais  revivre.

Mais pour certaines personnes ici, il n’est pas toujours évident d’y songer paisiblement car oui , la vie n’est pas un long fleuve tranquille et il arrive que la sphère familiale la plus légitime se transforme en horreur.

Beaucoup parmi nous n’ont pas connu ce que c’est qu’une famille, je veux dire simplement la présence d’une mère et d’un père, le support d’un frère et d’une sœur…

ON parle donc ici  d’une stabilité qui ne se trouve pas facilement ailleurs.

Cependant, j’ai appris que dans la vie RIEN n’est une fin en soi et que les circonstances se chargent de rééquilibrer ce que les épreuves ont altérées.

Nous allons donc parler d’une autre sorte de famille, une autre source d’amour et d’épanouissement qui sont :

 LES AMIS :Lire la suite « Famille »