S’AIMER

Coucou FAMILLE VICTOIRE ! comment allez-vous?

Hey ! je n’entends rien pour l’instant, y ‘a quelqu’un??

Vous n’êtes pas obligé(es) de répondre au fond de votre coeur, vous pouvez me répondre par commentaire ou message puisque, de toute façon, je suis là pour discuter avec vous, vous connaître, vous écouter , et vous rencontrer si possible!

De tous les sujets qui peuvent séparer les personnes, au delà même de ce qui porte sur la religion et le sexe, on peut parler aussi de l’amour, car oui, chacun de nous a sa propre définition, ses propres critères et ses propres restrictions sur le sujet.

Pour vous, l’amour peut signifier le fait de pardonner les yeux fermés à son ou sa conjoint(e) et pour moi ça peut juste être le fait de m’offrir un plat de poisson braisé…quoi qu’il en soit l’amour reste l’amour et l’amour c’est BEAU.

Je parle beaucoup des relations , les relations avec les autres, mais pas assez de la relation avec soi-même… la phrase t’a stressé(e) hein? alors assieds-toi, prend à boire ou à manger et discutons car c’est très important.

La vie va vite, les années coulent comme de l’eau et bientôt en un claquement de doigt et sans que je ne m’en rende compte, je serais tellement vieille que je n’aurais plus assez de vocabulaire pour t’écrire alors profitons-en aujourd’hui!

Je disais que le rythme effréné de la vie nous fait perdre de vue nos priorités, nous n’avons jamais assez le temps pour nous même.

Nous sommes plus aptes à remarquer la jolie perruque de Cardi-B que de remarquer que nos cheveux deviennent ternes et ne poussent plus… Nous remarquons les grossesses répétées de nos voisins mais ne nous rendons plus compte du manque de tendresse que nous imposons à nos époux etc… Car il est de mise et même à la mode de regarder en dehors, au delà de nos lunettes et à l’extérieur… mais jamais au dedans de nous!

Alors j’ai une question pour toi aujourd’hui…

PRENDS-TU LE TEMPS DE T’AIMER?

LA question t’a fait transpirer hein! je suppose que là, tu deviens nerveux (se) et que tu as juste envie de sortir de ce blog pour te convaincre que TOUT VA BIEN!                              MAIS COME ON! Reste! Allez , reviens, on va parler calmement, ce n’est pas la cour martiale! (rires)

Pour t’aider à répondre à ta question sans que tu ne me LANCE un OUI rapide et orgueilleux je vais commencer par te dire ce que l’amour n’est pas.

 

LES MENSONGES SUR L’AMOUR:

  • J’aime mon mari/ma femme, mes parents, mes ami(es), mon chien, ma voiture, mon patron, mon poste de travail, mes chaussures,  Paris, Pointe-Noire etc…

WOOOOOW , calme toi , TOUT ça c’est bien voir SUPER  mais écoute moi:

Tu ne dois pas considérer l’amour que tu as pour toi en fonction de celui que tu donnes aux autres… tu n’es pas un robinet d’eau dans un parc en plein été , tu es une personne… PAR définition tu es fait pour DONNER mais aussi pour RECEVOIR.                   Ce n’est donc pas en fonction de ce que tu donnes que tu dois te sentir bien mais aussi en fonction de ce que TU TE DONNES.mais que te donnes-tu? bonne question!

Que te donnes-tu vraiment? est-ce que tu nourris vraiment et suffisemment ta personne?

C’est simple! combien de temps donnes-tu à ta personne? tes projets et tes passions?

Il ne s’agit pas seulement de passer du temps devant ton miroir pour te sentir plus belle… Pas seulement d’élire domicile à la salle de sport pour développer tes muscles mais bel et bien de prendre soin de toi… et sans TORTURE! aime-toi, passe du temps avec toi même, prend du temps pour ton coeur… prend le temps de converser avec ta conscience et d’assurer le bien-être de ton cerveau bien souvent attaqué par des tracas quotidiens… sinon tu passeras le plus clair de ton temps comme moi AVANT… un temps fou dans le labyrinthe émotionnel du tourment, stress et dépression… ne fais pas cette erreur MY DEAR.

AINSI, comme je t’ai parlé de ce que n’est pas l’amour et que je t’ai souligné l’un des cas majeurs du manque d’amour personnel, je vais donc en bonne maman et bonne motivatrice, te donner une voie, une solution, parmi tant d’autres pour que tu saisisses ton importance car oui, le manque d’amour pour soi est aussi une preuve de négligence personnelle… viens avec moi, suit moi , nous y arrivons , nous y arriverons!

 

LA VERITE SUR L’AMOUR :

T’aimer c’est te considérer à ta juste valeur… pas une valeur faussée par tes blessures mais la vraie, l’originelle.

T’aimer c’est croire et penser tous les jours que tu es génial(e) peu importe ce qui cloche au fil des jours et des mois…

T’aimer c’est refuser que les circonstances fâcheuses ne te volent ton sourire, ta foi et ta détermination.

T’aimer c’est glorifier chaque jours qui passent comme si c’était un cadeau, car malgré toutes les fois où ton histoire semblait s’arrêter, tu es encore ici parmi nous, pour nous raconter tes victoires.

T’aimer c’est refuser catégoriquement de détester les gens qui ne se sont pas comportés comme tu le voulais.

T’aimer c’est écrire à tes followers si tu es bloggeur ou bloggeuse, t’aimer c’est prendre soin de ceux qui comptent pour toi, t’aimer c’est ne pas abandonner quand c’est difficile, ne pas lâcher sans toutefois vouloir impressionner les AUTRES… mais bel et bien prendre personnellement conscience DE TA VALEUR car retiens que : CELUI QUI ABANDONNE UN JOUR, ABANDONNERA TOUJOURS.

T’aimer c’est faire le pas de plus même quand tes mollets te font mal… t’aimer c’est marcher en pleurant, t’aimer c’est pleurer en continuant de vivre , t’aimer c’est croire en toi et en tes rêves, t’aimer c’est regarder l’échec en face et lui dire clairement NON!         Ni aujourd’hui, ni demain, ni après demain , NON jamais ma destinée ne s’éteindra.

T’aimer c’est te battre tout simplement, Quel que soit le domaine dans lequel tu veux évoluer… cuisine, mariage, sport, blog, réseaux sociaux, famille et j’en passe.

Tu m’as compris?

FONCE!

Mon salaire sera la sueur sur ton visage, chaque fois que tu rencontreras et surmonteras des obstacles sur ton parcours. 

Mon salaire sera le sourire sur tes lèvres quand tu me diras que tu as réussi.

MA rétribution sera la paix dans ton coeur quand tu auras achevé le combat que tu mène secrètement puis publiquement.

Sache que je t’aime énormément, quoi que tu fasses, où que tu sois et qui que tu sois!

Je te fais de gros bisous et des beaux câlins!

TRES AFFECTUEUSEMENT!

VICTORIA PENIEL

Publicités

Amitié

Bonjour! j’espère que vous allez bien et que votre journée commence bien.

Les mots que je vais écrire aujourd’hui sont pour le moins difficiles car ils sont tirés d’une des expériences les plus douloureuses que j’ai vécu dans la vie : L’amitié

Le problème ici me renvoie à une période clé  qui est:

MON ENFANCE:

J’ai depuis la plus tendre enfance, développé un certain mal être dans ma peau, causé par une sensibilité hors du commun… je ressentais toutes les émotions négatives de ce monde et avait du mal à vivre dans la méchanceté et l’hostilité que pouvait m’offrir mon entourage.

Vous savez, à l’école primaire les enfants sont là pour apprendre et pour s’amuser mais pas pour vous comprendre, or ce que je vivais dans l’envers du décor n’était pas vraiment enfantin, ce qui me donnait certainement une maturité pas toujours bienvenue aux yeux des autres.

J’ai été très vite déboussolée par le rejet de grandes personnes et pour guérir de ce trouble affectif, j’ai essayé de me rabattre vers des personnes en qui j’avais confiance, j’avais besoin d’aide, j’avais besoin d’amour mais mes rapports avec le monde était brutaux, je n’étais pas adaptée à la vie en société, j’étais une enfant remplie de colère et de révolte, d’amertume et de tourments ce qui a eu pour résultat de me faire traiter de tous les noms.

J’étais donc la méchante, le mouton noir du groupe, la délaissée, la vilaine, l’idiote et j’en passe…

A tort où a raison ce énième rejet m’a fait encore plus mal que celui que je ne connaissais déjà, car ,si de grandes personnes m’avaient abandonnées, les personnes de mon âge m’avaient tout aussi mis de côté, et, ce qui me fesait mal c’est que personne ne se donnait la peine de me poser des questions et de comprendre, chose que j’essayais de faire chez les autres.

Au fil du temps et après avoir écouté plusieurs discours disant que je n’étais pas une personne recommandable, je me rendis compte que toutes les personnes venaient vers moi non pas pour être mes amis mais pour tirer quelque chose de moi.

Fort heureusement j’ai toujours été intelligente et je remarquais que mon nom n’était sollicité que pour demander des réponses à des questions de cours, je  n’étais populaire que pendant les devoirs et les interrogations.

Face à cette situation qui me paraissait insupportable , j’ai essayée de me rebeller car me sentant utilisée mais, même cela m’a valu des observations désobligeantes, j’étais taxée d’égocentrique et indigne d’amitié.

Ces personnes avaient certainement raison, en vérité je ne cherche même plus qui a tort ou à raison car j’ai fini par me dire que ça devait tout aussi être dure pour eux de me supporter et que manifestement ni eux ni moi n’avions vécu et compris les choses de la même façon.

C’est ainsi que naquit ma décision la plus drastique :

L’ENDURCISSEMENT:

J’ai décidé de vivre des relations superficielles dénuée de tout attachement, pour ne pas souffrir, pour ne pas périr…

Ayant une vision déformée des choses je pensais que l’amitié c’était le service, alors je suis devenue le magasin des autres, ils pouvaient venir se servir.

Je me donnais tant de mal que ça tournait à la bêtise humaine.

Me dépouillant personnellement, me mettant à découvert, donnant sans retenir sans pour autant songer à recevoir…

J’aurai donné des immeubles si je pouvais sans pour autant donner mon coeur.

C’est ainsi que je déprima à mon arrivée en France et que je fus incapable d’en parler car n’ayant plus confiance au jugement neutre des autres.

Mais Dieu, sachant mes peines et mes tourments ne m’a pas laissé me détruire plus longtemps

Je parle de Dieu car seul lui sait placer des occasions pour guérir les blessures que l’on cache soigneusement au monde.

C’est ainsi que je vais vous parler de mon déclic:

LA SURPRISE:

J’ai rencontré dans ma résidence une fille, que je n’avais jamais vu avant et que je ne pensais pas rencontrer tellement j’étais fermée à toutes nouvelles personnes.

Au fur et à mesure nous avons commencé à nous côtoyer, nous parler plus souvent, nous voir mais là encore rien d’extraordinaire.

Le choc a été qu’elle me demande souvent si j’allais bien et que ça paraisse sincère, j’étais habituée pour la plupart à des salutations de civilités, mais elle avait l’air de vouloir prendre soin de moi.

Sachez que quand on n’est pas habitué à recevoir de l’attention on a l’impression d’être agressé quand on nous en témoigne.

L’amour est un sentiment normal mais étrange pour ceux qui l’ont reçu au compte goutte.

Elle voulait être avec moi, savoir ce qui se passait dans ma vie.

Elle faisait quelque chose que je déteste! (rires) elle me regardait droit dans les yeux, chose que je n’aime pas car mes émotions sont souvent à ce niveau et je ne voulais pas que quelqu’un d’autre que moi , soit au courant de mes peines.

Elle apportait à manger et venait me voir sans que personne ne le lui demande, et sans me demander quelque chose en retour et c’est bien ça  qui me surprenait.

Elle m’aidait à l’école quand la perte de confiance en mes capacités se faisait ressentir dans mes notes.

Elle était simple quand elle venait chez moi, ne demandant pas autre chose que de la place pour s’assoir et passer un bon moment.

J’ai eu une grippe d’enfer pendant l’hiver et j’étais en mode marmotte, ne voulant que me coucher et ne mangeant presque rien et à mon grand choc, elle est venue veiller sur moi comme une mère, me fesant du thé, m’apportant des choses faciles à manger et à préparer pour que je me nourisse et me repose.

Ne me connaissant que d’à peine quelques temps elle se comportait avec moi avec une bonté naturelle que l’on ne retrouve que dans des amitiés d’antan..

Comportement qui me poussait à la réflexion car cela me semblait trop beau pour être vrai…

Je n’avais rien fait pour elle à proprement dit or, j’étais habitué à payer litteralement les gens de ma vie pour pouvoir les retenir.

Alors malgré la difficulté que ça m’a pris et que ça me prend toujours parce que je suis encore dure malgré moi, j’ai appris à me laisser aimer.

A accepter qu’elle m’aime tout simplemnt pour ce que je suis, pour qui je suis, qu’elle ne me jugerais ni sur mes larmes ni sur mon passé.

Qu’elle m’aiderai dans mes projets, pour mon bien et que je pouvais lui confier ma façon, même la plus tordue de voir les choses.

LA RENAISSANCE :

Dieu soit loué j’ai commencé à réecouter mon coeur froid battre… peut-être pas encore à la bonne fréquence mais je le sens quand même.

J’ai appris à sourire véritablement et à apprécier des moments passés avec les autres.

Je suis une louve solitaire, ou j’en étais une! car j’essaye désormais d’aller vers les autres sans pour autant bien sûr me vautrer sans jugement dans des relations hypocrites.

Appris à prendre soin des autres mais à laisser aussi ceux qui me montrent des preuves d’amour, me témoigner leur affection, en essayant de ne pas fuir car je suis encore assez maladroite avec les marques d’affection.

Appris que quand je ne vais pas bien ce n’est pas seulement mon problème mais que des gens qui m’aiment sont prêts à me porter secours…

Et il y aura pleins d’autres choses à apprendre…

Je tiens à vous faire comprendre que dans la vie il y a des mauvaises expériences mais il ne faut pas s’enfermer dans cette vision, au risque de ne pas saisir des occasions de faire de meilleures découvertes.

La vie n’est pas parfaite, le monde encore moins, je suis loin d’etre parfaite et la personne dont je parle non plus, mais quand on sait vraiment ce que l’on fait et l’importance que l’on témoigne à une chose ou une personne on sait trouver le juste milieu pour ne pas se faire du tort.

Par ces mots je ne prétend pas ne pas avoir d’autres amis, ou que d’autres personnes n’ont pas su me comprendre,  m’écouter et m’aider… non, non, non ne soyez pas belliqueux et puis de toute façon je suis spécialiste en linchage communicatif des personnes ne cherchant pas à comprendre ce que j’ai réellement voulu dire.

Il y a des personnes ici qui me lisent, qui sont dans mon répertoire ou ma vie, que j’aime, qui sont mes amis et qui sont d’une valeur inestimable pour moi.

Simplement certaines personnes ont le don plus que d’autres de vous pousser dans vos retranchements et tel est le cas de la personne dont je parle…

Son insistance et sa perséverance lui valent cet aticle ne soyez donc pas jaloux( rires).

Il ya des moments où même mon propre miroir ne supporte pas mon caractère glacial alors si une personne est assez motivée pour me prendre tel que je suis et croire en mon amélioration alors elle mérite bien son article!

J’espère que vous pourrez saisir et apprendre comme moi, que quand l’occasion se présente, il faut savoir faire le deuil de ses mauvais moments passés, pour ne pas faire souffrir les nouvelles personnes.

Il faut savoir renaitre, revivre, se relever.

Ne pas entacher les amitiés présentes avec les rejets passés.

Ne pas briser les amours naissants à cause des ruptures antérieures.

Ne pas briser les rêves actuels pour les échecs d’hier.

Je vous aime, je souhaite que vous soyez fortifiés.

VICTORIA PENIEL

 

SOLITUDE  » NEGATIVE »

Bonjour à vous la team V !

Je souhaite que vous-vous portiez bien aujourd’hui même si tout n’est pas rose car, pour moi le bonheur, c’est déjà d’être vivante et donc de pouvoir vous parler, vous conseiller au mieux, vous écouter tout simplement.

Souriez et créez vous un havre spécial de paix, vous savez, Paris ne s’est pas fait en un jour ainsi vous ne pourrez pas régler tout vos problèmes aujourd’hui, faites juste ce qui vous est possible et détendez vous assez pour lire ces quelques lignes et beaucoup d’autres de mes articles je vous le souhaite.

Il est donc question de la partie sombre de la solitude, celle qui nous détruit, qui fait de nous des zombis dans une peau d’ange.

Je parle du « je vais bien » mensonger que l’on répond à nos proches, alors que tout va mal dans les coulisses.

Je développe la partie de vous même que vous cachez aux autres par peur du jugement ou simplement parce que de toute façon vos problèmes vous appartiennent et que par orgueil vous n’aimiez pas les partager…

Les raisons sont multiples mais les faits sont bien là et je suis désolée de vous dire que si vous êtes dans ce cas alors il vaudrait mieux faire attention aux  retombées que cette situation pourrait engendrer.

Les points négatifs auxquels vous-vous exposez? bien sûr que je vais vous en parler, parce que oui, premièrement c’est mon travail et deuxièmement je souhaite réellement que vous remontiez au plus vite la pente… je vous en supplie presque! parce que j’ai eu bien du mal à me sortir de ces misères…

SO, Lets GO!


L’insociabilité:

Le syndrome du « Laissez-moi » tranquille, je le connais plus-que bien pour avoir été et parfois encore mon meilleur ami.

De nature maniaque, j’aime quand tout est bien rangé, bien propre, ajouté à cela je suis une enfant unique habituée à ce que personne ne vienne déranger l’ordre établit dans mon espace personnel.

Ainsi je ne suis pas là pour vous raconter une histoire à dormir debout car je sais ce que c’est que de ne pas supporter la présence des autres.

L’autre a ce chic d’être lui-même effectivement, et donc d’avoir sa propre vision du monde, ainsi il ne dispose pas les choses de la même manière que nous, ne les considère encore moins de la même manière  et donc agit dans notre espace personnel comme un élément perturbateur.

Cette différence produit une poussée de stress qui nous fait détester l’interaction et la présence de l’autre dans notre intimité… à éviter tout ce qui pourrait se traduire comme une intrusion dans notre monde.

Ce problème si on peut le caricaturer comme cela, est parfois méconnu de nous même car même moi, je ne l’ai décelé que depuis peu alors que je me frottai doucement puis agréablement à l’interaction avec d’autres personnes que moi même (des amis, de la famille…)

J’ai appris, dans le tourment produit par cette sortie intempestive de ma zone de confort que le fait d’avoir vécu seule toute ma vie, de m’être renfermé sur moi-même m’avait amené à devenir cette personne phobique de la vie en société.

Ce n’est pas un défaut je vous le répète mais un comportement engendré par des circonstances choisies ou non.

L’antipathie est un caractère, négatif oui, mais caractère quand même ( rires).


Les addictions:

                                                               ADULT ONLY! 

Je vais être un peu sectaire avec les plus jeunes ou encore les personnes extrêmement pudiques.

La solitude vous fera penser et faire des choses pas très catholiques, vous enfermera dans un engrenage infernal tel que :

La pornographie:

Personne ne naît avec ces idées là à moins que d’être au dernier niveau de la possession satanique!

Mais il se peut que vous-vous trouviez dans dune situation quelque peu compromettante avec votre conjoint… oui je parle du cas où comme on le dit vulgairement, vous soyez nul au lit, et que par rapport à cela vous-vous lanciez dans le visionnage de vidéos pas très angéliques.

Pour les personnent désireuses de continuer dans cette lancée, bon courage à vous, mais je m’adresse aux personne qui, comme moi sont dans la recherche de solutions pour s’en sortir.

Et de toute façon, apprendre de cette manière ne fera pas toutefois de vous un Dieu du matelas mais un pervers du slip.

En restant seuls vous serez pourtant amené à être constamment appelé à regarder ces mises en scènes qui mineront vos heures de sommeil et votre forfait internet.

La masturbation….. parce que qui regarde veut aussi essayer

Suite très logique du visionnage de personnes nues, vous serez amené a utiliser vos mains et instrumentaliser des techniques en mode solo pour vous donner du plaisir et cela est mal, mal pour votre propre estime personnelle mais aussi du point de vue divin.

Ne vous sentez pas jugé mais encouragé, encouragé à comprendre que dans la vie le partage est une bonne chose et ce même avec la libido.

Et puis de toute façon celle qui vous parle est passée par là, eehh ouiii!

La masturbation frustre, un peu comme quand vous sortez en short parce qu’il fait beau et que deux minutes plus tard il grêle ( je suis stéphanoise d’adoption, je sais donc de quoi je parle) rires…

Rester tout seul dans ces moments là c’est postuler au travail qui produit le plus de déception personnelle…


Les tourments:

Etudiants, travailleurs, mère au foyer ou entrepreneurs, nous avons tous nos périodes de vaches maigres.

Des moments où tout est une catastrophe qui ne dit pas son nom, un cataclysme, un trou sans fond.

Dans ces moments là, certaines personnes et, surtout les introverties ont tendance à se refermer sur elles- même telles des ours frustrés.

Cette réaction extrêmement normale a la merveilleuse vertu d’amplifier le problème.

Il est alors très difficile de trouver des solutions éclairées et donc on s’enfonce clairement dans un désespoir

s’enchaînent alors tristesse, stress, insomnies et pensées suicidaires…

En bref des idées plus sombres qu’une crêpe cramée.

L’incompétence:

Certaines personnes ne savent pas faire de lessive à la main parce qu’elles n’ont jamais eu à le faire pour d’autres personnes.

Vous savez, il est facile de laver un vêtement que l’on va porter soi même parce que nous savons tous à quel degré nous sommes capables ou non de le porter.

Certains peuvent laver et laisser les parties des aisselles jaunes parce que ça leur convient tout simplement, ils aiment faire la publicité de la couleur jaune et personne ne peut les leur reprocher.

Tout comme certains peuvent laver leurs caleçons et laisser une trace noire de popo pas correctement essuyé et c’est tout à leur honneur…

Cependant quand il s’agit des habits d’un mari, d’un de nos enfant ou mieux de notre mère il faut en général mieux s’appliquer ne saurait-ce que pour sauver votre honneur!

Ce dépassement de soi, vous ne pourrez justement pas en profiter car la solitude permanente que vous aurez choisi en ce moment là vous maintiendra dans un niveau médiocre de « frottements vestimentaires ».

Voilà donc quelques éclaircissements pour comprendre au mieux la suite de notre sujet sur la solitude, je tiens justement à savoir comment vous appréhendez les choses sur cette notion ainsi je vous le répète vos messages et commentaires seront les bienvenus.

Cette mise en lumière des aspects négatifs du sujet nous permettra, dans quelques jours d’aborder le troisième point final  qui est l’équilibre du solitaire.

Je remercie C.M , MON chéri, Mon coeur pour toute l’aide et les conseils apportés sur ce sujet quand j’étais moi même une solitaire en puissance..

Sans oublier mes amies N.O et P.B des filles géniales dans Ma résidence qui ont contribuées sans le savoir à mon épanouissement.

Je vous embrasse très – très fort et vous remercie de votre attention, en espérant, pour ceux qui ne le sont pas encore, vous compter parmi mes  VICTORIEUX abonnés.

AVEC TOUTE MON AFFECTION!

VICTORIA PENIEL

SOLITUDE « POSITIVE »

Bonjour à vous mes victorieux!

Nous entamons le deuxième sujet du thème de ce mois qui s’intitule la solitude positive

( Thème: dépendance affective)

Je viens vous parler de la solitude, qui peut être vécue comme une aisance pour l’un, une frayeur pour l’autre mais encore un équilibre pour certains.

Pour ne pas trop surcharger votre mémoire déjà bien remplie par de multiples choses importantes, nous allons commencer par le côté positif du sujet, parce que oui; même si l’adjectif semble péjoratif, il faut savoir reconnaître que même les poisons les plus toxiques ont un bon goût au palais de nos bouches.

C’est donc du délice caché de la solitude que je viens vous faire part.

Prenez une tasse de thé, détendez-vous sur votre canapé ou votre chaise si vous êtes étudiants et naviguez avec moi dans ces écrits que j’ai du plaisir à vous partager!

 

La solitude est une paix, un épanouissement, une puissance, et une harmonie.

       Victoria peniel

Une paix:

Les personnes introverties sauront de quoi je parle :

Pour éviter les conflits avec les autres surtout quand nous sommes en présence de personnes au tempérament chaud, il vaudrait mieux  rester seuls.

Car oui, qui n’a personne avec qui parler, n’a donc personne avec qui se disputer.

Il est arrivé dans la vie que, tout comme moi, vous ayez eu des accrochages avec votre entourage et que par conséquent la seule sagesse à mettre en exercice était de jouer au jeu du « chacun dans son coin » pour pérenniser l’entente.

Servez-vous donc de cette malheureuse expérience pour protéger votre coeur et vos émotions car l’interaction humaine est l’un des sports extrêmes les plus dangereux qui existe sur cette terre.

Vous convenez avec moi que je ne vous demande pas de rester dans votre coquille tel un gros escargot, je n’encourage pas le fait d’être insociable, mais  plutôt  la naissance d’une sorte de vertu, un développement de votre capacité d’observation face à des personnes avec qui le torchon risque de brûler….

Un épanouissement:

La solitude ne tue pas! sachez-le.

Je le dis aujourd’hui après multiples perturbations émotionnelles.

Je sais que certaines situations peuvent nous fragiliser, surtout les départs et les absences injustifiées de personnes qui nous sont chères.

Ces évènements font craindre la solitude car on vit en ces moments là, des fatalités monstrueuses… Seulement, il faut se relever, allez! c’est encore possible de vivre seuls sans angoisser…

Dans ces moments il faut penser à toutes ces choses que vous n’avez jamais tenté quand la personne qui vous manque était là… par manque de temps ou simplement de motivation.

Parce que oui, vous morfondre ne la fera pas revenir!

Pour lutter contre la dépression,il faut penser et agir positivement, or, rassurez-vous, tout comme vous et moi , le monde entier le sait mais ne le fait pas.

Soyez différent! tout le monde compte sur vous.

Trouvez vos centres d’intérêts ou simplement les activités qui font vous du bien, comme dans mon cas, la nage, l’haltérophilie et la marche.

Bannissez les chansons tristes et les plats gras car vous serez  seulement en train d’investir  votre vie dans un aller- simple pour un cercueil douillet.

Vous devez vous faire violence car ce ne sera pas facile en raison de toutes ces nostalgies vécues que vous tenterez de saisir dans votre pensée.

Il faut guérir, ne tombez pas dans le piège qui consiste à croire que vous allez bien alors que vous dépérissez lentement et personnellement..

Une puissance:  

Etre seule vous fortifie car vous développez des points forts que personne ne peut soupçonner…

Vous cultivez votre intelligence lorsque vous êtes assez indépendants pour vous retirer dans un coin et apprendre quelque chose de nouveau, en ce net moment vous êtes un peu plus en dessus de la personne qui parle pour ne rien dire.

Vous réhaussez votre stabilité émotionnelle quand après une dispute avec quelqu’un vous partez de votre côté pour revoir vos torts et vos raisons pour pouvoir être à même de renouer de bons termes avec cette personne; oui vous devenez quelqu’un de réfléchi.

Vous approfondissez vos objectifs personnels lorsque, loin de la foule, vous vous asseyez calmement pour déterminer les possibilités infinies que vous avez pour déployer votre talent.

Oui vous devenez encore plus forts quand vous exploitez au mieux votre solitude.

Une harmonie:

Par là, je parle d’une routine, établie rien que par vous, des habitudes qui vous mettent à l’aise sans pour autant que vos soyez la personne la plus riche au monde.

Vous allez devenir une personne indépendance émotionnellement et donc:

  • Quelqu’un de joyeux sans pour autant que ce bonheur ne vienne d’une autre personne que vous même.

 

  • Quelqu’un de calme, car vous aurez expérimenté vous même ce que c’est que la tranquillité.

 

  • Quelqu’un de doux, car vous saurez par expérience ce que c’est que de respecter autrui et son intimité.

 

Nous nous retrouverons dans la semaine pour la suite de cet article, j’espère que j’ai pu vous aider sinon vous éclairer sur le sujet, je reste en attente de vos commentaires car ce que vous pensez a aussi de l’intérêt pour moi, aideé-moi donc à grandir en maturité!

Je vous aime  tellement! ; d’un amour enrichissant, d’une passion incessament florissante.

Je vous embrasse!

VICTORIA PENIEL

 

 

MENSONGES

Bonjour ou bonsoir à vous selon l’heure à laquelle vous recevrez cette bombe.

Parce que oui, vous ne savez pas ce qheu’il m’en coûte de vous dévoiler cette partie sombre de moi même… Cependant ma consolation réside dans le fait d’aider la merveilleuse personne que vous êtes et que vous continuez à être.

Je parle d’un thème qui est la dépendance affective , avec pour premier sujet le mensonge.

Et non,non et non je ne viens pas vous dire que votre conjoint vous trompe, oui c’est son métier favoris, alors plus personne n’a besoin de vous faire un dessin là dessus.

Je parle de vous, de nous, de la faille universelle qui réside dans le fait de croire en son propre mensonge.

Eh oui, ce ne sont pas toujours les autres qui se contentent de nous tromper mais bien souvent nous même qui nous conformons à un mensonge doux et paisible.

Je parle de sentiments, d’émotions, d’affection et pour les plus sages d’amour… envers les autres mais d’abord envers soi même.

LES FAITS :

Vous voulez donner votre coeur à quelqu’un , oui vous voulez tomber amoureux, aimer l’être opposé tout simplement et c’est tout à votre honneur.

Avoir dans sa vie une personne que vous aimez et qui je souhaite,vous aime aussi est un des plaisirs les plus doux dans la vie.

Se sentir aimé, apprécié, épaulé, cajolé est encore plus doux que le virement bancaire du début du mois qui vous permettra d’acheter la chaussure tant rêvée…

Mais même avec de si belles intentions il arrive que les personnes que l’on rencontre ne soient pas très véridiques, et que cela nous plonge dans un trou sans fin sans savoir qu’en vérité le problème vient aussi de notre façon de voir les choses.

Le mensonge de l’autre est donc un trait révélateur à celui qu’on se fait de soi même.

Le problème ici ce n’est pas eux je vous le répète… le problème c’est vous à partir du moment où vous ne faites rien dans la situation floue dans laquelle vous êtes.

La question en ce moment là n’est pas de savoir pourquoi la personne vous ment, parce que cet algorithme là personne ne peut vraiment la résoudre et ce, même pas la présupposée menteuse…

La véritable question  à se poser est de SAVOIR POURQUOI VOUS RESTEZ APRES QU’ON VOUS AI MENTI.

C’est là qu’intervient enfin le fameux conjoint et sa place réelle dans notre existence, parce que oui quand on parle de rester de cette façon on parle bien de l’être avec qui vous partagez votre vie et non pas du simple voisin de palier avec qui vous n’avez aucune affinités.

 

LE RAISONNEMENT:

Je puis vous dire que du haut de ma vingtaine d’années, l’on a pu me servir les plus ingénieuses instrumentalisations, ainsi que par la même occasion les mensonges les plus nullement élaborés jamais vus dans le siècle précédent.

Vous savez, le genre de mensonges qui vous font vous demander si la personne en face de vous, vous considère un temps soit peu comme une personne dotée d’une cervelle.

Des trucs de dingues, des talents cachés, des imaginations débordantes mises en évidence pour ma personne, oh oui quel honneur!

Après plusieurs années à laisser les autres insulter ouvertement mon intelligence, je me suis enfin demandée pourquoi j’avais cette faiblesse de caractère.

Pourquoi j’étais prête à tout excuser, à ouvrir encore et encore ces mêmes bras qui avaient été bafoués.

Je souffrais, mon âme gémissait mais je ne voulais pas lâcher prise.

Idiotie ou générosité à tort ou à raison supportez moi car, aujourd’hui j’ai triomphé. (rires).

LE PROBLEME:

Vous savez dans la vie, bon nombre de problème que nous rencontrons étant adultes prennent naissance dans notre environnement familial.

L’enfance a ce chic de vous construire ou de vous briser et dans mon cas c’était bel et bien le deuxième cas qui s’est imposé.

Je suis une gentille fille (rires) et par conséquent j’ai toujours idéalisé mon monde comme étant rempli d’amour et de loyauté envers autrui et inversèment.

Cependant si vous êtes sur ce blog, c’est que vous convenez avec moi que le monde ne tourne pas comme cela.

Ainsi, j’ai eu à faire face à un énorme trouble affectif causé par l’absence de mon père.

Et naturellement j’ai passé la plus claire moitié de ma vie à me demander ce que j’avais mal fait.

Pourquoi il n’était pas là?

Pourquoi je ne pouvais pas pleurer dans ses genoux comme tous les enfants?

Pourquoi sa chaise était vide lorsque je mangeais à table?

Qu’est ce qui n’allait pas chez moi? n’étais-je pas une bonne fille?

Autant de question auxquelles il ne faut même pas donner de réponses car il n’en existe aucune.

Chaque personne fait ses choix dans la vie et parfois nous ne sommes que des malheureuses victimes du manque de clarté émotionnelle des autres.

En bref je me suis toujours sentie insuffisante et obligée de réparer une faute qui n’était même pas la mienne.

Et sortir avec un garçon, comme on le dit vulgairement était plus pour moi une expérience professionnelle que de l’amour.

Je tentais de gommer mon vide affectif en angélisant, si je puis le dire comme cela, l’autre personne… comme si elle avait toujours raison et moi tort.

Comme si je devais me vider et elle se remplir.

Comme si je devais mourir et elle vivre.

Tenter de retenir coûte que coûte cette personne qui vous fait du mal parce que vous pensez ne pas supporter la rupture.

Avoir peur qu’elle vous quitte parce que cela serait revivre le départ de votre père.

S’excuser à outrance pour paraitre parfaite, oh oui si je n’étais pas une bonne fille je saignerais mes quatre veines à devenir une femme parfaite car comme cela mon Homme ne me quitterai pas.

Un sacrifice? une consécration.

Mais en vérite?

UN :

MENSONGE , MENSONGE, MENSONGE!

L’INTROSPECTION:

J’étais en train de creuser ma propre tombe avec la pelle des blessures mal soignées.

Le temps ne panse pas les blessures, il les cache.

Le temps ne restaure pas les coeurs, il les fragilisent.

Il faut faire un travail,  il faut creuser encore et encore dans nos douleurs pour sortir de nos torpeurs.

La peur est le paralysant le plus efficace du coeur d’une femme ou d’un Homme.

Le travail ici est de sortir de ce que la situation vous fait penser de vous même.

Vous n’êtes pas insuffisants.

Vous méritez l’amour et la considération.

Si l’autre vous ment, et alors? il a le droit.

Mais vous mentir à vous même,vous n’en avez pas le droit.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer un menteur parce que vous avez peur de le perdre, car personne n’a peur de perdre un rat, au contraire on le chasse ou on l’empoisonne parce que oui, un rat ça sent mauvais et ça rend malade.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer la personne qui vous frappe, non vous n’êtes pas un tambour.

Vous n’êtes pas obligé d’aimer la personne tout simplement.

A tort où à raison, quand on se sent rejeté, je peux vous assurer que l’on a tendance à aimer tout le monde et à penser aimer car on ne sait même pas ce que c’est que l’amour.

Vous avez le droit de vous sentir bien dans une relation même si c’est assez difficile à croire.

On doit prendre soin de vous.

On doit vous réveiller avec des mots doux, pas avec une gifle, vous dire je t’aime et non vous mentir, vous faire l’amour et non se vider les réserves.

Vous le méritez.

Vous ne le méritez pas parce que vous êtes parfaits, bien au contraire il faut deux personnes pour faire une paire, ainsi c’est l’autre qui vous complète.

Vous finirez plus musclés que l’incroyable HULK à force de retenir la personne par des efforts dont elle ne réalise même pas l’ampleur.

Vous avez droit au respect et la considération et ce, dans la vérité et non seulement dans les cadeaux faramineux.

Le véritable cadeau c’est la paix, d’être soi même en se respectant et non en se cachant de ses démons.

Prenez courage!

Lachez-prise parce que si vous ne le faite pas, la personne elle vous lâchera sûrement.

Votre instabilité émotionnelle, que vous essayez de cacher habilement se révèlera certainement un bon jour, par votre jalousie excessive ou vos crises de nerfs.

Je pense qu’il est plus judicieux de triompher avant de se lancer dans une aventure amoureuse car il ne s’agit pas seulement là de s’embrasser et coucher ensemble comme des bêtes.

Il s’agit d’un échange, d’une collaboration, d’une symbiose qui ne saurait fonctionner si l’un des coeurs est malade à en mourir.

 

Je parle d’une expérience émotionnelle qui vous aurait fragilisé, et les cas sont nombreux…

Mais que ce soit pour l’absence du père, la violence d’un mère ou la mort d’un conjoint le résultat est le même, il faut surmonter cette profonde douleur pour pouvoir vivre une vie épanouie.

Je souhaite de tout coeur que ce texte vous aide… Vous aide à comprendre et à cibler vos failles.

N’en ayez pas honte, c’est votre vie et vous êtes formidables de continuer à la vivre.

Retrouvez  votre indépendance émotionnelle.

Brillez comme vous êtes et réconciliez vous avez votre image.

Laissez ceux qui vous aime, vous aimer, et ceux qui ne vous aime pas vous quitter.

Ce n’est pas la fin du monde et ce n’est pas un échec si une personne que vous appréciez ne vous aime pas.

C’est son droit, pas la peine de vous dévaloriser.

Je vous invite à faire ce travail, savoir ce qui vous amène à vous auto-détruire ou à laisser les autres le faire alors que vous savez que vous êtes mal à l’aise dans la relation, et ce, qu’elle soit amoureuse, fraternelle ou familiale.

Parce que oui, être le souffre douleur des autres a bien le chic de se généraliser dans plusieurs domaines de la vie.

Votre quiétude en dépend et je sais que vous êtes capables de vous en sortir.

Vous êtes capables de refleurir.

Je le sais, je le crois !

Révèlez-vous enfin au grand jour!

 

Sachez que je vous aime d’un  amour restauré, je vous aime tellement que je n’ai pas encore touché à mon bol de flocons d’avoine parce que je tiens à vous écrire …et Dieu seul sait comment j’aime ça! (RIRES)

Le véritable délice est de vous parler, vous aider et si possible vous écouter.

Je reste attentive en cas de sollicitations.

AFFECTUEUSEMENT

VICTORIA PENIEL