S’AIMER

Coucou FAMILLE VICTOIRE ! comment allez-vous?

Hey ! je n’entends rien pour l’instant, y ‘a quelqu’un??

Vous n’êtes pas obligé(es) de répondre au fond de votre coeur, vous pouvez me répondre par commentaire ou message puisque, de toute façon, je suis là pour discuter avec vous, vous connaître, vous écouter , et vous rencontrer si possible!

De tous les sujets qui peuvent séparer les personnes, au delà même de ce qui porte sur la religion et le sexe, on peut parler aussi de l’amour, car oui, chacun de nous a sa propre définition, ses propres critères et ses propres restrictions sur le sujet.

Pour vous, l’amour peut signifier le fait de pardonner les yeux fermés à son ou sa conjoint(e) et pour moi ça peut juste être le fait de m’offrir un plat de poisson braisé…quoi qu’il en soit l’amour reste l’amour et l’amour c’est BEAU.

Je parle beaucoup des relations , les relations avec les autres, mais pas assez de la relation avec soi-même… la phrase t’a stressé(e) hein? alors assieds-toi, prend à boire ou à manger et discutons car c’est très important.

La vie va vite, les années coulent comme de l’eau et bientôt en un claquement de doigt et sans que je ne m’en rende compte, je serais tellement vieille que je n’aurais plus assez de vocabulaire pour t’écrire alors profitons-en aujourd’hui!

Je disais que le rythme effréné de la vie nous fait perdre de vue nos priorités, nous n’avons jamais assez le temps pour nous même.

Nous sommes plus aptes à remarquer la jolie perruque de Cardi-B que de remarquer que nos cheveux deviennent ternes et ne poussent plus… Nous remarquons les grossesses répétées de nos voisins mais ne nous rendons plus compte du manque de tendresse que nous imposons à nos époux etc… Car il est de mise et même à la mode de regarder en dehors, au delà de nos lunettes et à l’extérieur… mais jamais au dedans de nous!

Alors j’ai une question pour toi aujourd’hui…

PRENDS-TU LE TEMPS DE T’AIMER?

LA question t’a fait transpirer hein! je suppose que là, tu deviens nerveux (se) et que tu as juste envie de sortir de ce blog pour te convaincre que TOUT VA BIEN!                              MAIS COME ON! Reste! Allez , reviens, on va parler calmement, ce n’est pas la cour martiale! (rires)

Pour t’aider à répondre à ta question sans que tu ne me LANCE un OUI rapide et orgueilleux je vais commencer par te dire ce que l’amour n’est pas.

 

LES MENSONGES SUR L’AMOUR:

  • J’aime mon mari/ma femme, mes parents, mes ami(es), mon chien, ma voiture, mon patron, mon poste de travail, mes chaussures,  Paris, Pointe-Noire etc…

WOOOOOW , calme toi , TOUT ça c’est bien voir SUPER  mais écoute moi:

Tu ne dois pas considérer l’amour que tu as pour toi en fonction de celui que tu donnes aux autres… tu n’es pas un robinet d’eau dans un parc en plein été , tu es une personne… PAR définition tu es fait pour DONNER mais aussi pour RECEVOIR.                   Ce n’est donc pas en fonction de ce que tu donnes que tu dois te sentir bien mais aussi en fonction de ce que TU TE DONNES.mais que te donnes-tu? bonne question!

Que te donnes-tu vraiment? est-ce que tu nourris vraiment et suffisemment ta personne?

C’est simple! combien de temps donnes-tu à ta personne? tes projets et tes passions?

Il ne s’agit pas seulement de passer du temps devant ton miroir pour te sentir plus belle… Pas seulement d’élire domicile à la salle de sport pour développer tes muscles mais bel et bien de prendre soin de toi… et sans TORTURE! aime-toi, passe du temps avec toi même, prend du temps pour ton coeur… prend le temps de converser avec ta conscience et d’assurer le bien-être de ton cerveau bien souvent attaqué par des tracas quotidiens… sinon tu passeras le plus clair de ton temps comme moi AVANT… un temps fou dans le labyrinthe émotionnel du tourment, stress et dépression… ne fais pas cette erreur MY DEAR.

AINSI, comme je t’ai parlé de ce que n’est pas l’amour et que je t’ai souligné l’un des cas majeurs du manque d’amour personnel, je vais donc en bonne maman et bonne motivatrice, te donner une voie, une solution, parmi tant d’autres pour que tu saisisses ton importance car oui, le manque d’amour pour soi est aussi une preuve de négligence personnelle… viens avec moi, suit moi , nous y arrivons , nous y arriverons!

 

LA VERITE SUR L’AMOUR :

T’aimer c’est te considérer à ta juste valeur… pas une valeur faussée par tes blessures mais la vraie, l’originelle.

T’aimer c’est croire et penser tous les jours que tu es génial(e) peu importe ce qui cloche au fil des jours et des mois…

T’aimer c’est refuser que les circonstances fâcheuses ne te volent ton sourire, ta foi et ta détermination.

T’aimer c’est glorifier chaque jours qui passent comme si c’était un cadeau, car malgré toutes les fois où ton histoire semblait s’arrêter, tu es encore ici parmi nous, pour nous raconter tes victoires.

T’aimer c’est refuser catégoriquement de détester les gens qui ne se sont pas comportés comme tu le voulais.

T’aimer c’est écrire à tes followers si tu es bloggeur ou bloggeuse, t’aimer c’est prendre soin de ceux qui comptent pour toi, t’aimer c’est ne pas abandonner quand c’est difficile, ne pas lâcher sans toutefois vouloir impressionner les AUTRES… mais bel et bien prendre personnellement conscience DE TA VALEUR car retiens que : CELUI QUI ABANDONNE UN JOUR, ABANDONNERA TOUJOURS.

T’aimer c’est faire le pas de plus même quand tes mollets te font mal… t’aimer c’est marcher en pleurant, t’aimer c’est pleurer en continuant de vivre , t’aimer c’est croire en toi et en tes rêves, t’aimer c’est regarder l’échec en face et lui dire clairement NON!         Ni aujourd’hui, ni demain, ni après demain , NON jamais ma destinée ne s’éteindra.

T’aimer c’est te battre tout simplement, Quel que soit le domaine dans lequel tu veux évoluer… cuisine, mariage, sport, blog, réseaux sociaux, famille et j’en passe.

Tu m’as compris?

FONCE!

Mon salaire sera la sueur sur ton visage, chaque fois que tu rencontreras et surmonteras des obstacles sur ton parcours. 

Mon salaire sera le sourire sur tes lèvres quand tu me diras que tu as réussi.

MA rétribution sera la paix dans ton coeur quand tu auras achevé le combat que tu mène secrètement puis publiquement.

Sache que je t’aime énormément, quoi que tu fasses, où que tu sois et qui que tu sois!

Je te fais de gros bisous et des beaux câlins!

TRES AFFECTUEUSEMENT!

VICTORIA PENIEL

Amitié

Bonjour! j’espère que vous allez bien et que votre journée commence bien.

Les mots que je vais écrire aujourd’hui sont pour le moins difficiles car ils sont tirés d’une des expériences les plus douloureuses que j’ai vécu dans la vie : L’amitié

Le problème ici me renvoie à une période clé  qui est:

MON ENFANCE:

J’ai depuis la plus tendre enfance, développé un certain mal être dans ma peau, causé par une sensibilité hors du commun… je ressentais toutes les émotions négatives de ce monde et avait du mal à vivre dans la méchanceté et l’hostilité que pouvait m’offrir mon entourage.

Vous savez, à l’école primaire les enfants sont là pour apprendre et pour s’amuser mais pas pour vous comprendre, or ce que je vivais dans l’envers du décor n’était pas vraiment enfantin, ce qui me donnait certainement une maturité pas toujours bienvenue aux yeux des autres.

J’ai été très vite déboussolée par le rejet de grandes personnes et pour guérir de ce trouble affectif, j’ai essayé de me rabattre vers des personnes en qui j’avais confiance, j’avais besoin d’aide, j’avais besoin d’amour mais mes rapports avec le monde était brutaux, je n’étais pas adaptée à la vie en société, j’étais une enfant remplie de colère et de révolte, d’amertume et de tourments ce qui a eu pour résultat de me faire traiter de tous les noms.

J’étais donc la méchante, le mouton noir du groupe, la délaissée, la vilaine, l’idiote et j’en passe…

A tort où a raison ce énième rejet m’a fait encore plus mal que celui que je ne connaissais déjà, car ,si de grandes personnes m’avaient abandonnées, les personnes de mon âge m’avaient tout aussi mis de côté, et, ce qui me fesait mal c’est que personne ne se donnait la peine de me poser des questions et de comprendre, chose que j’essayais de faire chez les autres.

Au fil du temps et après avoir écouté plusieurs discours disant que je n’étais pas une personne recommandable, je me rendis compte que toutes les personnes venaient vers moi non pas pour être mes amis mais pour tirer quelque chose de moi.

Fort heureusement j’ai toujours été intelligente et je remarquais que mon nom n’était sollicité que pour demander des réponses à des questions de cours, je  n’étais populaire que pendant les devoirs et les interrogations.

Face à cette situation qui me paraissait insupportable , j’ai essayée de me rebeller car me sentant utilisée mais, même cela m’a valu des observations désobligeantes, j’étais taxée d’égocentrique et indigne d’amitié.

Ces personnes avaient certainement raison, en vérité je ne cherche même plus qui a tort ou à raison car j’ai fini par me dire que ça devait tout aussi être dure pour eux de me supporter et que manifestement ni eux ni moi n’avions vécu et compris les choses de la même façon.

C’est ainsi que naquit ma décision la plus drastique :

L’ENDURCISSEMENT:

J’ai décidé de vivre des relations superficielles dénuée de tout attachement, pour ne pas souffrir, pour ne pas périr…

Ayant une vision déformée des choses je pensais que l’amitié c’était le service, alors je suis devenue le magasin des autres, ils pouvaient venir se servir.

Je me donnais tant de mal que ça tournait à la bêtise humaine.

Me dépouillant personnellement, me mettant à découvert, donnant sans retenir sans pour autant songer à recevoir…

J’aurai donné des immeubles si je pouvais sans pour autant donner mon coeur.

C’est ainsi que je déprima à mon arrivée en France et que je fus incapable d’en parler car n’ayant plus confiance au jugement neutre des autres.

Mais Dieu, sachant mes peines et mes tourments ne m’a pas laissé me détruire plus longtemps

Je parle de Dieu car seul lui sait placer des occasions pour guérir les blessures que l’on cache soigneusement au monde.

C’est ainsi que je vais vous parler de mon déclic:

LA SURPRISE:

J’ai rencontré dans ma résidence une fille, que je n’avais jamais vu avant et que je ne pensais pas rencontrer tellement j’étais fermée à toutes nouvelles personnes.

Au fur et à mesure nous avons commencé à nous côtoyer, nous parler plus souvent, nous voir mais là encore rien d’extraordinaire.

Le choc a été qu’elle me demande souvent si j’allais bien et que ça paraisse sincère, j’étais habituée pour la plupart à des salutations de civilités, mais elle avait l’air de vouloir prendre soin de moi.

Sachez que quand on n’est pas habitué à recevoir de l’attention on a l’impression d’être agressé quand on nous en témoigne.

L’amour est un sentiment normal mais étrange pour ceux qui l’ont reçu au compte goutte.

Elle voulait être avec moi, savoir ce qui se passait dans ma vie.

Elle faisait quelque chose que je déteste! (rires) elle me regardait droit dans les yeux, chose que je n’aime pas car mes émotions sont souvent à ce niveau et je ne voulais pas que quelqu’un d’autre que moi , soit au courant de mes peines.

Elle apportait à manger et venait me voir sans que personne ne le lui demande, et sans me demander quelque chose en retour et c’est bien ça  qui me surprenait.

Elle m’aidait à l’école quand la perte de confiance en mes capacités se faisait ressentir dans mes notes.

Elle était simple quand elle venait chez moi, ne demandant pas autre chose que de la place pour s’assoir et passer un bon moment.

J’ai eu une grippe d’enfer pendant l’hiver et j’étais en mode marmotte, ne voulant que me coucher et ne mangeant presque rien et à mon grand choc, elle est venue veiller sur moi comme une mère, me fesant du thé, m’apportant des choses faciles à manger et à préparer pour que je me nourisse et me repose.

Ne me connaissant que d’à peine quelques temps elle se comportait avec moi avec une bonté naturelle que l’on ne retrouve que dans des amitiés d’antan..

Comportement qui me poussait à la réflexion car cela me semblait trop beau pour être vrai…

Je n’avais rien fait pour elle à proprement dit or, j’étais habitué à payer litteralement les gens de ma vie pour pouvoir les retenir.

Alors malgré la difficulté que ça m’a pris et que ça me prend toujours parce que je suis encore dure malgré moi, j’ai appris à me laisser aimer.

A accepter qu’elle m’aime tout simplemnt pour ce que je suis, pour qui je suis, qu’elle ne me jugerais ni sur mes larmes ni sur mon passé.

Qu’elle m’aiderai dans mes projets, pour mon bien et que je pouvais lui confier ma façon, même la plus tordue de voir les choses.

LA RENAISSANCE :

Dieu soit loué j’ai commencé à réecouter mon coeur froid battre… peut-être pas encore à la bonne fréquence mais je le sens quand même.

J’ai appris à sourire véritablement et à apprécier des moments passés avec les autres.

Je suis une louve solitaire, ou j’en étais une! car j’essaye désormais d’aller vers les autres sans pour autant bien sûr me vautrer sans jugement dans des relations hypocrites.

Appris à prendre soin des autres mais à laisser aussi ceux qui me montrent des preuves d’amour, me témoigner leur affection, en essayant de ne pas fuir car je suis encore assez maladroite avec les marques d’affection.

Appris que quand je ne vais pas bien ce n’est pas seulement mon problème mais que des gens qui m’aiment sont prêts à me porter secours…

Et il y aura pleins d’autres choses à apprendre…

Je tiens à vous faire comprendre que dans la vie il y a des mauvaises expériences mais il ne faut pas s’enfermer dans cette vision, au risque de ne pas saisir des occasions de faire de meilleures découvertes.

La vie n’est pas parfaite, le monde encore moins, je suis loin d’etre parfaite et la personne dont je parle non plus, mais quand on sait vraiment ce que l’on fait et l’importance que l’on témoigne à une chose ou une personne on sait trouver le juste milieu pour ne pas se faire du tort.

Par ces mots je ne prétend pas ne pas avoir d’autres amis, ou que d’autres personnes n’ont pas su me comprendre,  m’écouter et m’aider… non, non, non ne soyez pas belliqueux et puis de toute façon je suis spécialiste en linchage communicatif des personnes ne cherchant pas à comprendre ce que j’ai réellement voulu dire.

Il y a des personnes ici qui me lisent, qui sont dans mon répertoire ou ma vie, que j’aime, qui sont mes amis et qui sont d’une valeur inestimable pour moi.

Simplement certaines personnes ont le don plus que d’autres de vous pousser dans vos retranchements et tel est le cas de la personne dont je parle…

Son insistance et sa perséverance lui valent cet aticle ne soyez donc pas jaloux( rires).

Il ya des moments où même mon propre miroir ne supporte pas mon caractère glacial alors si une personne est assez motivée pour me prendre tel que je suis et croire en mon amélioration alors elle mérite bien son article!

J’espère que vous pourrez saisir et apprendre comme moi, que quand l’occasion se présente, il faut savoir faire le deuil de ses mauvais moments passés, pour ne pas faire souffrir les nouvelles personnes.

Il faut savoir renaitre, revivre, se relever.

Ne pas entacher les amitiés présentes avec les rejets passés.

Ne pas briser les amours naissants à cause des ruptures antérieures.

Ne pas briser les rêves actuels pour les échecs d’hier.

Je vous aime, je souhaite que vous soyez fortifiés.

VICTORIA PENIEL